Début juin, Jean Michel Blanquer a offert à l’ensemble des 750 000 élèves de CM2 un magnifique
livre des fables de La Fontaine. J’ai subtilisé celui de ma fille pour me plonger dans le lièvre et la
tortue. Car se lancer dans un Half nécessite non seulement une bonne préparation physique mais
aussi une préparation mentale.

Pour le physique, ayant trainé une inflammation fémoro-patellaire
durant cet hiver, je n’avais aucune séance de cardio en running; concernant le cyclisme, je n’avais
qu’une sortie hebdomadaire. Quelques semaines auparavant, j’avais repéré le circuit vélo avec
Stéphanie et Violaine, circuit très roulant et magnifique en bord de Loire. Et pour la natation, encore
un seul entrainement hebdomadaire. Par contre je remercie Pierre pour son coaching et ses séances
parfois difficiles mais o combien efficaces car il s’agissait de la seule discipline pour laquelle je partais
serein.
Au milieu de quasiment 1000 triathlètes pour se lancer dans le Cher, nous étions donc 7 novices
Lavallois sur cette distance, Catherine, Stéphanie, Violaine, Pascal, Bertrand, Eric et moi-même, et
Cédric ayant déjà réalisé au moins un half. Départ formidable en Rolling start, 5 personnes toutes les
5 secondes, aucune lessiveuse, aucun coup, aucune noyade, extra. Rien ne sert de courir, il faut partir
à point... Et comme prévu, après 35 min je sortais bon dernier Lavallois pour attaquer une transition
de plus de 800m afin de récupérer le vélo.
Les 90 km ont été relativement rapides, km après km je me récitais la fable afin de tenir. Aucun arrêt
au château de Villandry ni à celui de la belle au bois dormant, tout juste le temps de les apercevoir.
Nous avons eu des tronçons en solitaire et d’autres en groupe donc forcément ne pas drafter un
minimum relevait de l’impossible. Après 2h37 d’effort régulier, avec une alimentation elle aussi
régulière, je posais le vélo sans aucune douleur physique.
Dernière épreuve et pas la plus simple, le semi-marathon. Ayant fixé un objectif max de 1h59, départ
tranquille et après 500m j’enclenchais la vitesse de croisière. Premier tour bouclé en 55min, la
fatigue musculaire grandissait mais aucune douleur particulière, je continuais donc à réciter ma fable
afin d’avaler les derniers km et doubler de nombreux triathlètes au pas lourd. Objectif running
atteint en 1h53 et ligne d’arrivée franchie après 5h17 !
Au final, Pascal n’est malheureusement pas encore un finisher car après 35 km de vélo, il a cassé des
rayons sur un dos d’âne et a été disqualifié pour avoir eu l’aide d’une tierce personne. Nous étions
juste 7 Lavallois heureux d’en terminer avec respectivement Cédric en 5h15, JC en 5h17, Violaine en
5h23, Stéphanie en 5h29, Catherine en 5h45, Bertrand en 5h56, Eric ferme la marche en gentleman
non sans abnégation en 6h26.
En attendant la prochaine épreuve, je vais poursuivre mes lectures et peut-être me plonger dans la
grenouille qui se veut aussi grosse que le bœuf….