Récit de Emmanuelle ROUSSEAU MAHÉ:

"Après 2015 déjà pour la demi-finale D3 triathlon et après 2016 pour la qualification en contre la montre par équipe pour la coupe de France des clubs triathlon, me revoilà avec l'équipe en 2017 pour la demi-finale D3 triathlon.

Comme l’an dernier à Jard sur Mer un mois avant la course, je pense être la 4ème de l’équipe et donc faire une course à mon niveau sans véritable objectif à part m’amuser. Mais 15 jours avant la course, j’apprends que Faustine ne pourra pas courir et que je serai donc la 3ème de l’équipe après Amandine et Fany.

En effet, on compte les places des 3 premières pour classer une équipe.
L’objectif de l’équipe étant de se qualifier pour la finale D3, chaque place compte.

Devant, Amandine et Fany étant quasiment du même niveau en natation, leur objectif est de rouler ensemble pour partir en même temps sur la course à pied. L’objectif est rempli et Amandine finit 4ème et Fany 9ème.

Derrière, la stratégie est aussi de mise car je sais que je ne suis pas au niveau en natation et course à pied.

Il faut que je remonte un maximum de places en vélos. Faustine m’attend donc en natation. Je ne suis pas à l’aise à nager dans ses pieds car je suis essoufflée du début à la fin. Pas facile d’aller vite sur 750 m, je n’ai fait qu’un M et un L cette saison. C’est violent les S !

Ensuite, nous partons toutes les deux en vélos. J’accroche la roue de Faustine. Et là c’est la folle remontée. Les filles ne roulent pas fort donc quand on en double, Faustine donne un coup d’accélérateur pour que personne ne s’accroche pour bénéficier de la locomotive Laval Triathlon. En effet, cela pourrait faire remonter au classement de mauvaises rouleuses mais bonnes coureuses. Seulement Marjorie (première de l’équipe de l’ASPTT Angers au final) arrive à prendre notre train sur les 2 derniers tours. Elle relaie 1 ou 2 fois Faustine. Nous arrivons au parc en ayant remonté 25 places. Merci à toi Faustine pour ton dévouement pour l’équipe malgré ta blessure.

Je pars seule pour la course à pied. Notre belle remontée me reste dans les cuisses et j’ai du mal à trouver un rythme. Je m’accroche comme je peux, mais je me fais reprendre par 22 filles. La stratégie a quand même payé car avec ma 48ème place l’équipe finit à une belle 5ème place juste devant nos amies d’Angers. Les 7 premières équipes se sont qualifiées pour la finale.

Je suis contente d’avoir contribué à la qualification de l’équipe, mais un peu déçue qu’une cinquième fille n’ait pas complété l’équipe. Je participe à ces courses D3 depuis mes débuts et je trouve enrichissant de participer à ce format S entre filles. C’est totalement différent des courses à drafting avec les hommes. N’hésitez pas, mesdames, à l’avenir à participer à ce format unique.

Reste maintenant à essayer de réunir 3 à 5 triathlètes motivées pour participer à la finale le 9 septembre dans le Nord. Pas facile, du fait du peu d’effectifs de filles compétitrices au club et de l’absence d’Amandine et moi-même du fait de notre participation le même jour aux championnats du monde 70.3 aux Etats-Unis."