Nicolas Bouhours revient sur son premier Half !

En ce 23 juillet, j’ai profité de mon départ en vacance pour aller faire un triathlon sur le passage : L’iron breizh (1.9km nat, 90km velo, 21.1km cap). Après avoir fait mes deux premiers triathlon sur distance M 2 mois plus tôt (et avoir fini avec du mal la partie course a pied à laval), un nouveau défi m’attendait. Et pas des moindre, je me suis inscrit  impulsivement 22 jours avant le départ en voyant qu’il restait une quizaines de places. La préparation pour un longue distance a donc commencé en même temps ! Un beau défi donc avec le simple objectif de jouer le côté « finisher » pour voir si mon corps en était capable. Le seul point noir dans tout ça, le vélo, hormis le samedi et mercredi avec le club j’ai assez peu bossé le vélo, je n’avais même pas fait une sortie de plus de 85km avant début juillet.

L’iron breizh à les départs de natation/parc à vélo et course à pied à deux endroits différents, arrivé donc la veille pour laisser les affaires course à pied et laisser le vélo aux différents endroits séparés d’environ 20 minutes en voiture.

Départ natation à 8h, pas mal de monde dans le parc à vélo, (360 en individuels + plusieurs équipes en relais). On nageait dans une rivière assez large, on la remontait sur 950 mètres à l’allez et demi-tour pour rentrer au parc a vélo. Petit coup de musique bretonne et hop le départ était lancé. La nage s’est bien passée. Bizarrement dans les différents M que j’avais pu faire j’avais fini avec les bras qui « tiraient » un peu, pas cette fois ci.Sorti de l’eau à un peu plus de la moitié des participants, la première partie était faite !

S’en suivi une transition ou j’ai pris mon temps, j’ai mangé ma barre de céréale tranquillement en regardant les autres concurrents faire leur transi et hop sur le vélo ! C’est parti pour 90 km, ce que je redoutais le plus (parcours avec pas mal de bosses 1000D+, très arboré et assez plaisant à faire). La pluie commençait a tomber pour pratiquement le reste de la journée. Jusqu’au 50 km tout se passait bien, mon rythme était pris, j’avais quasiment tout le temps une quinzaine de concurrents en visuel devant moi, malgré la pluie j’étais content et prenais pas mal de plaisir.

A mis parcours il y eu une descente ou j’ai freiné trop tard, et j’ai failli me retrouvé au tapis, la grosse frayeur de la journée ! Je suivais mes concurrents jusqu’à ce qu’on arrive sur une nationale (on se retrouva comme 7 con, on était clairement plus sur le parcourt, on fit demi-tour et on rencontra une intersection avec effectivement le balisage du tri qu’on avait loupé, environ 5 minutes de perdues dans l’affaire)

S’en suivi les 20 derniers kilomètres ou j’avais un peu moins de personnes en visuel par moment et ou le froid de la pluie commençait à se faire sentir, ils furent long et pas très plaisant, je n’avais qu’une hâté, retrouvé mes chaussures de course à pied !

Arrivé enfin sur l’air de course à pied, j’entends à mon passage qu’il restait « environ 150 personnes sur le vélo » au micro. Je devais être vers la 220 places, au-delà de mes espérances vu ma préparation, la motivation revenait, j’avais plus qu’un objectif conservé cette place sur le semi !

Petit hic, j’ai dû me reprendre à 4 fois pour faire les nœuds de mes chaussures, j’avais les mains frigorifié ! Une pause pipi, un ravito et la course à pied était lancé avec 3 boucles de 7 km. Après 500 mètres de partie goudronné on arrive vite sur des « petits chemins en terres » sous une sorte de « petite forêt ». J’entendis d’un coup devant moi « putin c’est quoi cette merde », en effet une montée très raide sur un petit chemin en terre se dressait devant nous. J’avais pas regardé les infos du semi, mais on était clairement plus sur un parcours de type « trail » avec quelques grosses montés bien raide, des descentes avec la présence de cailloux ou il fallait faire gaffe et le reste sur des petits chemins en terre sous une petite forêt.

Même si c’était un peu casse patte, le parcours n’était clairement pas monotone et c’était du coup très dynamique. Etonnamment dans ce début de course je ne ressentais pas trop le vélo, j’allais même un peu plus vite que les 12 km/h que j’espérais tenir. Premier tour de boucle fini, les jambes allaient bien, le morale aussi j’avais doublé du monde et pris beaucoup de plaisir sur la boucle.

Dans le deuxième tour j’ai (sans vraiment le vouloir) accéléré par endroit, je voyais sur la montre pointé des kilomètres a plus de 14km/h, j’étais super étonné de pouvoir tenir le rythme surtout que le parcours était pas très plat. L’excitation de voir que physiquement ça allait et de remonter pas mal de gens faisait effet. Autant depuis la natation et le vélo mon but était juste de finir, maintenant dans ma tête j’étais passé dans l’optique de remonter le maximum de places que je pouvais.

Deuxième boucle fini, allez plus qu’un rien et c’était le finish, j’ai finalement coincé vers les 17/18km. L’arrivé approchait, je donnais tout ce qu’il me restait dans les jambes et surprise…. Le micro l’annonçait, 158 place à l’arrivé sur 360 personnes en individuel avec un finish en 5h31l ! (je m’étais pas trompé sur mes jambes, 66 temps sur le semi-marathon)

Si tôt arrivé la médaille finisher était autour de mon coup, moi qui avait des doutes sur le fait de pouvoir le finir et qui visait d’arriver vers les ¾ du classement, j’étais plus que comblé !

Pour résumé, un parcours très sympathique à faire malgré quelques petits défaut (apparemment vu le mauvais temps annoncé, des bénévoles se sont désistés, il en manquait en vélo et donc de nombreux endroits manquant d’indications, il fallait par moment être attentif au balisage par terre).

 Il y a encore quelques mois je pensais un L impensable pour moi, début juillet je me disais encore « j’ai fais une connerie a m’inscrivant à ça ». Finalement en gérant son effort, en s’alimentant bien tout du long ça se fait pas trop mal. Bref à refaire et défi réussi !